Accueil

dernieres news

Qui sommes-nous ? - Contactez-nous. - Rejoignez-nous !

 Bienvenue sur le site de Réelle Démocratie Maintenant ! Paris (Ils nous ont appelés les Indignés).

Voici les activités prévues en ce moment.
Toutes les activités sont ouvertes à tou-te-s, indignez-vous, impliquez-vous, rejoignons-nous !

 

Soutenez-nous

Celui-ci sera affecté aux priorités actuelles : hébergement et nom de domaine de ce site web, frais d'organisation d'AG (sono/audio, fournitures), etc.
Notre comptabilité s'effectue par le biais d'une structure déclarée et distincte qui publie ses comptes régulièrement via notre commission logistique

Photos du mouvement sur Flickr

Ressources

Nouveaux Documents

Corps:
 COMMUNIQUÉ
 
 
Suite au meurtre de Rémi, nous appelons à ce que se constituent des parties civiles par les personnes présentes au Testet, forêt de Sivens, pour soutenir la famille et ne pas lâcher les responsables sur leurs responsabilités, jusqu'au bout.
 
Responsabilité des ministres
Le ministre de l'intérieur : Bernard Cazeneuve qui dit qu'il ne faut pas mélanger les choses, que le barrage est nécessaire, que c'est de l'instrumentalisation politique que d'être accusé... démontre l'autisme et l'irréflexion qui préside aux décisions gouvernementales.
M. Cazeneuve, il n'en demeure pas moins un fait : « Vous avez fait le choix de la force, et celle-ci a tué. C'est d'abord une responsabilité politique et probablement pénale. Vous dénombrez le nombre de blessés pour la chapelle policière, mais vous n'indiquez pas qu'ils sont d'abord des forces attaquantes et destructrices, armées et meurtrières, ce sont des forces infiniment disproportionnées face aux manifestants opposés au projet et, vous n'indiquez pas davantage ensuite, le nombre de blessés du côté des opposants au barrage. Vous êtes ministre de la République, vous devez servir l'intérêt général. Relisez la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen où il est écrit : « Art. 12. La garantie des droits de l'Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. »
 
 Le 1er ministre, Manuel Valls : celui qui coordonne ses ministres, mais qui, en tant que coordinateur, n'a tenu aucun compte de l'enquête en cours engagée par la ministre de l'écologie ni n'a voulu attendre la conclusion de cette enquête pour lancer la construction du barrage et détruire la forêt de Sivens, mais a appuyé, à marche forcée, les bulldozers pour précéder le béton. Ce à quoi s'opposent toujours les manifestants de ce week-end au Testet, Gaillac, Albi, Bordeaux, Marseille, Paris, Nantes, Rennes, Brest, Chambéry, Lyon, Rouen, Caen, Angers et Lille.....
 
Le Préfet qui a appliqué comme une brute les directives du Ministre de l'intérieur.
 
Le Président du Conseil Général du Tarn : Thierry Carcenac, le bout en train du barrage auréolé d'une phrase  remarquable à propos de Rémi : « Mourir pour des idées, c’est une chose, mais c’est quand même relativement stupide et bête »
 
 
M. Hollande, ces trois personnes doivent démissionner. Le choix nécessaire de la transition  écologique étant fait, celle-ci doit se traduire dans les faits et non pas être combattue par le gouvernement.
 
Si un gouvernement persiste dans ce déni de responsabilité politique entre le peu de vision qu'il propose et les intérêts du monde ancien,  il ne fait aucun doute que vos ordres continueront de donner à vos régiments l'autorisation de tuer impunément.
 Pour la Conférence sur le Climat qu'accueille la France en 2015, M. Hollande, Rémi fait déjà partie de votre bilan préparatoire.
 
Nous n'avons pas besoin d'un gouvernement autoritaire, mais tout au contraire, d'un gouvernement vraiment intelligent, parce que l'époque est difficile et que le changement ne peut se faire sans intelligence.
 
 
Nous insistons pour la dissolution immédiate de la brigade qui opère au Testet, mais également pour que le nouveau ministre de l'intérieur passe personnellement au crible la formation des unités et des commandements sur une base républicaine et de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de notre Constitution. Pas une nouvelle recrue ne doit méconnaître la loi : nous vous le disons car  trop souvent, même si ce n'est pas toujours le cas, ces forces de « l'ordre » opèrent hors les lois qui sont déjà trop ouvertes au n'importe quoi.
Vous devez vous engager à changer cette loi, à tel point sécuritaire qu'elle crée l'insécurité. L'équilibre entre les besoins réels pour une société apaisée est perverti par ses effets de toute puissance. La mort de Rémi et de nombreuses violences, insultes et grossièretés policières l'attestent.
Il faut interdire à la police et aux gendarmes (et à d'autres) l'usage des armes employées à NDLL, au Testet et ailleurs (grenades, flashball, etc) ou tout autre moyen disproportionné face à des manifestations pacifiques, non-violentes et non armées. Vous avez dit que vous veilleriez personnellement à ce que la vérité sur la mort de Rémi soit connue, mais ceci n'empêche pas qu'il faut que vous examiniez sans broncher le fonctionnement de votre gouvernement.
La solution « politique » du règlement des problèmes économiques par des coups de matraque est une solution de régime autoritaire. C'est le chemin que nous avons voulu éviter en votant contre Sarkozy et pour vous. Mais le résultat sur les libertés est encore plus catastrophique.
 
En conséquence :
Nous appelons tous les habitants de l'Île de France à manifester  Dimanche 2 novembre à Paris et à converger de toutes les gares vers la place de l'Hôtel de Ville à 14h00.
 
Nous appelons également  les autres villes à faire converger une manifestation nationale à Paris le W-End des 8-9 novembre. La décision précise est encore à prendre.
Cet appel est le reflet, à Paris comme ailleurs, de ce que disent les violences policières, où qu'elles soient, de ce à quoi a faire face le changement qui essaie de grandir dans le monde, l'ordre ancien frappant , tuant pour conserver sa place.
M. Hollande : ne vous trompez pas d'ennemi. L'ennemi c'est le Front National.
Ces jeunes, et pas seulement Rémi, que vous avez laissé attaquer, sont ceux qui construisent le monde de demain.
 
Les Indignés de Paris Réelle Démocratie Maintenant
 
ANNEXE :
 
Message relatif aux médias : nous souhaiterions que les médias aient bcp moins de parti pris. Il serait important que, pendant le passage des reportages à la TV, la violence des manifestations dans les rues arrive chronologiquement APRÈS celles des images des interventions policières constatées sur toutes les ZADs depuis quelque temps. Cet événement tragique est le résultat d'une montée en puissance de la violence dont les médias sont en parti responsables du fait de leur autisme autour de ces sujets. Cette accélération n'est que l'aboutissement très certainement voulu d'une caste politico-médiatico-économique n'ayant de cesse de manipuler son bras répressif plutôt que son cerveau consensuel.
Oser dire devant les médias que l'arrêt de ce projet n'est le souci que d'une petite minorité sans avoir pratiqué de sondage de la population est une atteinte à la démocratie. Oser dire qu'il faut s'en remettre à la justice alors que tout dans ce dossier concourt à faire penser qu'il y a connivences et conflit d'intérêts est une insulte à la République. 
Suite au constat que le mandat de puissance absolue de cette 5ème république est une arme de destruction massive dangereuse que ne savent manipuler nos responsables politiques, qu'ils se considèrent de gauche ou de droite, il est grand temps de refonder cette république vieillissante appartenant à un deuxième millénaire de plus en plus distant. Pour obtenir un meilleur équilibre de la puissance et redonner le pouvoir au souverain légitime de ce pays, le Peuple, tout en évitant le dérappage de la bascule vers l'extrême droite, il est grand temps d'entamer le virage de la VRAIE RÉFORME, celle de la constitution.
 
 
 
 
Corps:

Accueil

http://paris.reelledemocratie.net/node/1957

Marche contre le fascisme et pour les libertés

 

Une très grande abstention a fait passer le Front National devant les autres partis tout autant décrédibilisés. L'abstention est l'acteur et le gagnant principal de ce scrutin, toutes générations confondues. Le FN obtient moins de voix en 2014 qu'en 2002 (93.374 de moins ! pour une population plus importante, donc proportionnellement encore moins représentatif). Certains l'ont quitté d'autres l'ont rejoint. Il n'a pas progressé. Il a régressé. Mais du point de vue du monde des partis et de leurs médias, c'est un évènement majeur. Parce qu'institutionnellement il est une menace

 

Nous souhaitons tout le mal possible à ce parti et appelons à un très large rassemblement contre ses idées le Jeudi 29 mai sur la place de la Bastille à 14h00, départ  à 15h00 pour l'Assemblée nationale

 Votants et non votants, venez de toutes les régions pour montrer au gouvernement qu'il fait fausse route.

 

 

On ne combat pas les marchés financiers en se soumettant aux règles des marchés financiers. Ceux qui ont joué avec la vie des gens en spéculant et provocant la « crise » de 2008 sont toujours là.

Le gouvernement, l'Assemblée, le Sénat et les hauts-fonctionnaires, ceux qui décident et ceux qui servent, tous, pas un ne doit échapper à la réflexion suivante et décider : « Qui a besoin d'argent et qui n'en a pas besoin. »

 

Pour stopper le FN et ses satellites, il faut abattre la folie des spéculateurs et des actionnaires qui extorquent l'argent qui ne leur appartient pas.

Leurs métiers doivent disparaître. Ceci peut être une mesure européenne. Il n'y a pas d'autre alternative au fascisme et à un FN dépassant, au 1er tour de 2017, les 50 % !

 

Quand le gouvernement demande à chacun de se serrer la ceinture, il demande aux citoyens de se soumettre, ainsi qu'à la représentation nationale elle-même de se soumettre.

 

La politique de la peur . Le seul moyen qu'une partie de la population a trouvé pour se faire entendre, c'est de faire peur aux gouvernants. Crier dans les manifestations n'a pas suffi ni sous la droite ni sous la gauche. Avez-vous peur  maintenant ?

 

Mais désormais, la politique de la peur a la possibilité de s'installer comme un outil politique dans les structures institutionnelles. C'est très grave .

43,5 % seulement de la population en âge de voter s'est déplacée : le vote FN (25%) ne représente donc pas plus de 10,75 %. Il n'y a là aucune raison de leur céder : comme en 2002 (2002 = 4.804.713 voix et 2014 = 4.711.339 voix). Comparé au reste de la population, le FN reste donc un facteur secondaire. Et le reste du sérail politique devient encore moins représentatif.

 

C'est la leçon fondamentale de ce scrutin : les gens veulent autre chose.

Dans cette situation le seul acte positif et responsable des élus actuels ne pourrait être que le basculement vers une nouvelle démocratie ET engager la transformation.

 

Quand le Président de la République appelait, peu avant le scrutin, à changer l'Europe pour surtout ne pas la quitter, il ne prenait pas la mesure de ses paroles. Non seulement parce que l'avis des citoyens ne parvient pas aux destinataires mais parce que, nécessairement, cela signifie changer les composantes de l'Europe, donc changer la France.

Lui qui a contribué avec son parti à enseigner durement aux Français que leur vote ne valait rien, en 2012 comme en 2005 (TCE), était très mal placé pour une telle injonction. 55 % des Français avaient voté contre le Traité Constitutionnel Européen le 29 Mai 2005 et, sa décision, en tant que secrétaire du PS, a été de trahir ce vote.

Ce Jeudi 29 mai en est le 9ème « anniversaire ». Bilan : aucune inflexion ni aucune leçon décidée dans aucune des institutions concernées.

La dépossession des décisions continue, avec en cours un TAFTA (suppression des barrières douanières UE-USA) négocié explicitement en secret : un pas de plus pour la technocratie des multinationales.

 

Dans le contrat de 1789, le compromis de la nuit du 4 août pour l'abolition des privilèges, était la souveraineté du peuple sur les choix du budget et de la politique. Ce n'était pas le servitude aux vautours. Ce contrat, vous (les gouvernants) l'avez rompu, de bas en haut de l'échelle.

 

La plupart de la population n'a aucun désir, qu'à cause de vous, de votre soumission, de votre faiblesse - ainsi que par la mécanique institutionnelle - le pays tout entier passe sous le joug des haineux assoiffés de pouvoir que sont les sycophantes de Marine Le Pen.

 

La France ne doit pas partir, à son tour, sur les traces hitlériennes des années 30.

Vous avez, pourtant, déjà opéré une telle tentative : une unité nationale factice sur le dos des Rroms, pensiez-vous à votre avantage (comme Sarkozy), offrant à la population le piège du bouc émissaire, prenant le risque et mettant en place une politique raciste, nationale et municipale (les expulsant de leur pauvres terrains vagues quand d'autres habitent les trottoirs).

Jetant l'opprobre sur cette infime partie de la population vous avez encouragé et donné libre cours à la haine puis, en substitut dérivatif, fusionné cette haine en y accolant leur culpabilité de la situation économique que vous-mêmes gérez avec complicité.

C'est vous, par un pas supplémentaire, celui de l'État, au-delà même de celui effectué par le FN, qui avez coulé dans le béton la possibilité de s'en prendre à une partie quelconque de la population plutôt qu'aux acteurs qui gouvernent les flux financiers.

Par cette généralisation de l'amalgame, vous êtes indignes, impardonnables. Honte sur vous Hollande et Valls ! Les mêmes ressorts, manipulés par Marine Le Pen, les réacs et les satellites qui frétillent avec elle, se retournent maintenant non seulement contre vous mais aussi contre tout le reste de la population française. Le mal que vous avez fait est maintenant ancré et profond.

 

L'avenir

La France n'aura d'avenir qu'en étant digne et démocratique. Pour remédier à la surdité institutionnelle et à la vôtre, un changement de République s'impose. Une nouvelle constitution doit être écrite par une Constituante, cette fois issue et choisie par tous les habitants.

C'est en eux que le pouvoir de décision demeurera. Non chez « des  représentants » qui ne seront plus des permanents ni décisionnaires mais seulement, et lorsque nécessaire, des envoyés révocables à tout moment s'ils n'accomplissent pas le mandat précis qui leur aura été donné par leurs assemblées locales où ils seront tirés au sort.

 

Ce système est un système de démocratie délibérative en assemblées de volontaires dans des assemblées locales physiques, discutant et co-écrivant les idées, les projets, les perspectives, la loi d'ensemble et les décisions collectives avec l'aide de logiciels collaboratifs et du réseau Internet les rendant ainsi accessibles à la participation de tous. Le gouvernement ne sera plus un gouvernement mais un exécutif de secrétaires effectuant les tâches demandées par la population.

 

Il est remarquable, éloquent même, qu'avec l'époque écoulée, les médias aient été des acteurs fidèles de la dépossession : 56,5 % d'abstention et pas un de ceux-là n'a eu de temps d'antenne ! C'est en soi le commentaire et la conclusion. Ce n'est pas une crise, c'est un système. Et ce système a vécu.

 

Les indignés Paris RDM http://paris.reelledemocratie.net contact  secretariatprisedelabastille@gmail.com

 

twitter

Acampadaparis
plus...

live streams