CR de l'Assemblée du 2 IX 12

  • Titre

    CR de l'Assemblée du 2 IX 12
  • Instance démocratique

    Assemblée Générale/Populaire
  • Corps

    Assemblée à Paris du 2 septembre 2012

     

    Compte-rendu : Quentin. Tour de parole : Sophie puis Christophe. Modération : Marc puis Cécile

    16 personnes (+/- 5 selon les moments)

     

    Mise au point : https://framapad.org/crjP2septembre12

     

    Ordre du jour initial : 

    - 13O : proposition d'élargir à la dette privée vu la campagne actuelle d'Occupy aux Etats-Unis

    - Forum dette: discussion sur la date, point sur les débats et informations sur la dette 

    - Journée internationale contre les gaz de shistes 22S (1): quelle participation ?

    - Syrie : compte-rendu de la réunion de vendredi soir et positionnement de l'Assemblée (propositions du groupe de travail : https://framapad.org/rn1KUeKv4F)

    - Université d'été et des groupes de travail  

    - Bilan des actions : actions de sensibilisation à la démocratie ("gentils virus")

    - Bilan logistique, état de la caisse.

    - propositions de décisions

    - Mandat de l'ambassadeur

    - Présentation du déroulement du we du 8 et 9/09 du "BILAN & RÉFORMES" 

    de la première année du mouvement "Réelle Démocratie, Maintenant ! - Paris"

    - Tour de parole libre

     

     

    - Journée mondiale d'action #13O :

     

    Cécille : La journée mondiale d'action s'intitule "global noise" http://www.globalnoise.net/

    À Paris il a été décidé (le 5 août) de focaliser la mobilisation sur les questions de dette (publique) et démocratie. Comme convenu aussi en assemblée, un courriel d'invitations a été envoyé à beaucoup d'organisations dont les collectifs antidette, pour les inviter à s'inscrire à un doodle pour fixer la date d'une réunion commune de préparation, afin notamment de rédiger un appel commun. La proposition est de laisser en tête de manif un cortège de personnes sans banderole ni étiquette. 

    Il est proposé à l'assemblée ce jour-ci d'ajouter deux thématiques à la mobilisation : 

    - dettes privées 

    - dette environnementale (ce qui permettrait aussi d'inviter le réseau "sortir du nucléaire").

     

    Jean-Jacques : Les indignés d'Amérique du Sud placent la dette environnementale en 1e posistion d'importance. Ils appellent à une journée mondiale d'action de soutien aux peuples natifs contestant ce qui est appelé « l'anniversaire de la découverte des Amériques » alors qu'en réalité, les Amériques n'ont pas été découvertes, mais envahies.

     

    Sophie : Cette journée internationale des peuples natifs a lieu le 12 octobre et a été discutée dans le réseau international, elle fait partie de l'agenda international des Indignés. 

     

    Marc : Propose de fixer une date "groupe de travail préparation du 13O".

     

    Sophie : Un groupe de travail est déjà prévu jeudi prochain à 20h. 

     

    Marc : Il faut que ça soit dans un endroit ouvert (lieu public).

     

    Cécile : OK pour un lieu ouvert. Beaucoup de points à discuter. Quel lieu ?

     

    Olivier : Quel est le lien avec les dettes privées ?

     

    Jean-Jacques : Les dettes privées sont la conséquence de la dette publique. Exemple : étudiants québequois. Et micro-crédit en Inde.

     

    Cécile : Les deux types de dettes sont très liées. Exemple : manipulation du LIBOR qui influence les dettes privées.

     

    Sophie : La dette publique est aussi issue de la dette privée (la dette privée des banques qui est devenue dette publique). La dette, dans ses aspects publics et privé, constitue une alinénation, comparable à la relation de subordination liée au salariat. C'est une entrave à la démocratie. La personne qui est entravée par l'obligation de rembourser son crédit ne peut plus faire grève. La dette est aussi une façon d'empêcher de mener des politiques publiques sociales (l'argument étant qu' il faudrait rembourser en priorité la dette)... 

     

    Olivier : Il est important de segmenter et hiérarchiser les infos/revendications. On s'en sortira pas si on rend les choses trop complexes, elles le sont déjà assez.

     

    Proposition -> Cité Universitaire pour le GdT de jeudi.

     

    Olivier : Propose qu'on décide du lieu en fin d'AG : consensus obtenu.

     

    Cécile : Propose de dénoncer la dette publique de l'Etat, des collectivités locales, hôpitaux, et privée et environnementale.

     

    Olivier : Le problème de la dette privée est beaucoup plus grave aux USA qu'au Canada. Il est important de hiérarchiser.

     

    Alain : Exemple du prêt scandaleux que propose la Société Générale pour inciter les étudiants à s'endetter. (Extrait : "Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.")

     

    Sophie : oui on peut hiérarchiser, mettre en avant d'abord la dette publique, sans pour autant négliger la problématique émergente et déjà bien présente de l'endettement privé. Les indignés de Sol et de Syntagma ont fait une déclaration commune où il est expliqué que le vrai problème en Espagne n'est pas l'endettement public mais l'endettement privé. A voir aussi en particulier l'endettement étudiant. Il faut être vigilant. 

     

    Jean-Jacques : Les universités font maintenant (depuis la mise en concurrence) la course aux dettes et ne font que la recherche qui est rentable.

     

    Olivier : C'est ce que Sarkozy a fait, lier trop fortement les universités aux entreprises (loi LRU).

    L'indépendance et les libertés des universités sont sacrifiées à la rentabilité 

     

    Sophie : Si en France les droits d'inscription restent régulés, il y a une stratégie pour casser le service public de l'enseignement pour pousser les étudiants à aller dans des écoles privées ou semi-privées, où les frais de scolarité sont dérégulés. 

     

     

    Quentin : précisions sur la LRU. Frais d'inscription toujours encadrés, les universités ont plus de responsabilités pour un budget égal, le CA contient plus d'acteurs privés et moins d'étudiants, mise en concurrence des universités, création de Diplômes d'Université pour lesquels les frais d'inscription ne sont pas encadrés.

     

    Cécile : Propose de renvoyer le travail sur un pad => consensus obtenu. Propose d'intégrer dans les thématiques de la manifestation la dette privée, en tant que résultante de l'action politique de l'État  a => consensus obtenu.

     

    Sophie : Le sujet sur la dette est maintenant clos. Noter sur l'agenda du site la date du 6 septembre.
    (NDR :  rappel dates)
     

     

     

    2) Proposition de déplacer la date du forum dette du fait de la mobilisation contre les gaz de shistes le 22 septembre. 

     

    Jean-Jacques : [?] à propos du gaz de Schiste.

     

    Olivier : A vu une chaîne TV qui diffuse 24h/24 les avantages du gaz de schiste.

     

    Jean-Jacques : Était à la conférence de Médiapart pendant que d'autres Indignés étaient à l'université d'Attac. Beaucoup d'info. A le contact d'une dame, enverra aux intéressés.

     

    Sophie : rappelle la proposition de déplacer la date du forum sur la dette. Joan (l'organisateur) voulait aussi le déplacer. => consensus obtenu.

     

    3) Mobilisation contre les gaz de schistes le 22 septembre

     

    Émilie : Propose un point info quelque part dans Paris à propos du gaz de schiste.

     

    Cécile : Le sujet du gaz de schiste nous permet aussi de traiter d'autres thèmes en lien avec l'écologie, par exemple le nucléaire, l'agriculture intensive, les OGM.

     

    Olivier : Il y a déjà des associations qui sont organisées depuis plus de 2 ans. Il ne faut pas refaire leur travail, mais s'organiser avec eux. Il va y avoir une réforme du code minier. Vigilance, on risque de se faire rouler dans la farine.

     

    Émilie : A un ami à Fessenheim. Régulièrement se pose un problème de niveau 1, mais aucune information officielle n'est disponible dans les mairies.

     

    Sophie : Propose une assemblée populaire sur le gaz de schiste et un groupe de travail sur l'écologie.

     

    Cécile : Pétrole. La ministre écologie de F. Hollande voulait s'opposer au forage profond en Guyane et elle a dû démissionner.

     

    Jean-Jacques : Le nucléaire a été vendu à la population comme étant le moyen d'avoir de l'emploi. Le mythe de la croissance a atteint chacun d'entre nous (consommation). Paul Ariès appelle à des journées de grève de la consommation.

     

    Marc : Il faut remonter aux causes. Le problème est l'absence de démocratie. Les conséquences sont très nombreuses. Le débat RDM a duré des mois à propos du nucléaire, et on n'était pas arrivé à un consensus sur le sujet. Transition énergétique (investissements, quelque chose de progressif).

     

    Christophe : Il y a des associations que se sont formées et qui ont déjà fait des choses intéressantes. C'est à nous d'aller les soutenir et les rejoindre. Signale la page Facebook "Transition Day", que l'on peut utiliser pour présenter des alternatives. Il faut réseauter, un maillage selon les centres d'intérêt des gens.

     

    Olivier : Notre nouveau gouvernement n'est pas clair sur le gaz de schiste ni le nucléaire, par rapport aux promesses faites avant les élections. Le plan Grand Nord au Canada, sables bitumeux. Les canadiens sont en train de vendre au privé des pans entiers de leur territoire. Ils injectent dans le sol et personne ne peut savoir ce qui se passe ou ce que ça donne.

     

    Jacob : Était au GdT écologie. Il a disparu. Ce serait une bonne chose si on le ressucite (Réponse de Sophie. : Listes 12M disponibles).

     

    Émilie : Propose de travailler aussi sur tout ce qui est intoxication alimentaire (OGM, dégradation et industrialisation de la nourriture).

     

    Sophie :  Certes une multide d'associations existent sur le sujet mais on peut dans une perspective "globale" travailler à faire du lien entre tous ces réseaux. Surtout, ce qui fait la spécificité du mouvement : la méthodologie (assembléaire) et le lien avec la question démocratique. Mettre en valeur qu'il y a un problème démocratique derrière ces problèmes écologiques (cause => conséquence).

     

    Jean-Jacques : Pour lui le problème principal auquel on fait face est l'écologie. Mettre en valeur ces problèmes pour ensuite amener le déficit de démocratie.

     

    Cécile : Relayer sur Twitter et Facebook les infos sur l'écologie. Et appeler à rejoindre la manif du 22 septembre sur le gaz de schiste.

     

    Propose que notre message dans le cadre de cet évènement soit qu'on veut un débat citoyen et une consultation démocratique sur le gaz de schiste => consensus. Il y a 2 actions (une à Paris et une en Seine-et-Marne parce que c'est là que les forages auront lieu). Cécile s'en chargera.

     

    Sophie dispose de la liste de contacts pour relancer les groupes de travail sur l'écologie. 

     

    - Débat sur la Syrie :

     

    Sophie : À la mi-août, on a été sollicités pour rencontrer de jeunes révolutionnaires syriens. Il y a d'abord eu des rencontres informelles pour rencontrer ces syriens puis une réunion publique pour un groupe de travail officiel des indignés sur le sujet. Un pad a été créé pour regrouper les documents à propos de ce qu'on sait sur la Syrie : c'est une bibliographie avec à la fois des témoignages de Syriens, des documents de l'opposition, des rapports de l'ONU, des articles de presse etc. Les Syriens nous ont informé de ce qu'ils ont vécu. Un compte rendu est en cours de rédaction. Un projet de déclaration été rédigée, à soumettre à l'assemblée RDM.

     

    Cécile : Lecture du projet de déclaration à l'assemblée.

     

    Quentin : Demande d'infos à propos de ce qu'on sait sur la Syrie, un briefing. Et pense que c'est pas très compatible de dénoncer une ingérence et en même temps appeler au soutien logistique et financier des révolutionnaires.

     

    Mathias : Référence au "congrès du Caire", peu de gens sont au courant. On n'a pas beaucoup d'information et on va peut être trop vite en besogne (ça peut être dangereux , cf le vote sur le traité constitutionnel européen, où on a eu très peu de temps pour décider). Propose une assemblée spécifique sur ce thème et à ce qu'on se renseigne beaucoup avant de prendre des décisions.

     

    Jean-Jacques : Briefing sur ce qu'il se passe en Syrie d'après ce que les révolutionnaires ont raconté. Le pays vivait depuis 40 ans sous un régime de surveillance mutuelle généralisée (les commerçants livrent les listes de leurs clients, surveillance au sein de la même famille...). Puis il y a eu la Tunisie et les printemps arabes, l'Égypte, la Libye, le Bahrein... En mars 2011, la police syrienne tire à balles réelles sur les manifestants. Les Syriens activistes qui sont venus à Paris tournent aux alentours de Châtelet, c'est comme ça qu'il les a connus. A participé à la campagne de bombages sur le sol de "Syrie, encore un mort" à plusieurs endroits la nuit. Puis ils se sont fait prendre par la police. Situation géopolitique : le régime Assad (baassiste) décide de tirer sur les foules, et attaque plutôt les sunnites. Les généraux et soldats sunnites commencent à fuir => donc Assad dit que le mouvement est confessionnel. Ils reviennent armés (armée de la libération). Sur 5 factions, une seule est sunnite, les autres sont laïques. Donc c'est pas quelque chose de religieux. La presse fait croire cela. Les Indignés tunisiens continuent à demander des constitutions laïques. La presse fait croire que les Syriens demandent seulement à virer Assad (alors qu'il a bombardé, fait tuer, etc). Ce que les Syriens nous demandent, c'est du soutien pour les aider à mettre en place un processus démocratique.

     

    Sophie : Le conflit dure depuis 18 mois, mais ça fait moins de 1 mois qu'on a commencé à s'en saisir collectivement même si différents Indignés ont participé aux actions de soutien. Dit qu'elle n'est pas opposée si certains en ressentent vraiment le besoin, à prendre un peu plus de temps et attendre l'assemblée suivante (dans 2 semaines) pour adopter un positionnement. Préfère toutefois une adoption le jour même car ainsi ce sera fait, et cela donnerait un cadre pour soutenir les actions à venir les prochains jours. À propos de l'ingérence : est pour l'ingérence citoyenne (exemple : familles qui maltraitent leurs enfants), mais pas pour l'ingérence faite par les États pour des raisons de stratégie géopolitique au mépris total des populations. Est d'accord avec une assemblée populaire mais pense que cela doit être organisé dans un second temps une fois que l'on s'est positionné sur le sujet et qu'on a les idées plus claires. Pour travailler sur notre position, le GdT est plus adapté qu'une assemblée populaire dans l'espace public. Pour répondre à Mathias, lit la déclaration du Caire (https://n-1.cc/pg/pages/view/1430611)

     

    Jean-Jacques : Les signataires du Congrès du Caire sont tous des laïques (pas un seul "religieux").

     

    Marc : Se réjouit de la qualité du texte et de son orientation pour l'intérêt général (mais relève deux positions qui pourraient mettre en danger le processus de paix : à propos du Golan et à propos de l'État palestinien avec Jérusalem pour capitale). Retravailler la partie de notre texte à propos de notre soutien qui ne peut donc pas être inconditionnel. Mais on n'est pas assez structurés ni nombreux pour fournir un soutien logistique pertinent.

     

    Cécile : Résumé rapide de la situation en Syrie. Dictature (le père puis le fils). Il y a eu un mouvement réformiste pacifique (et qui est resté pacifique pendant longtemps). Désertions de l'armée, ils n'en pouvaient plus de devoir tuer des civils. Les déserteurs se sont coordonnés pour protéger les manifestations. C'est là que les échanges armés ont commencé. Déséquilibre du traitement médiatique. Baisse du prix des armes, qui viennent d'Iran, de Russie, de Chine, etc. Beaucoup de groupes révolutionnaires prennent des noms de groupes islamistes pour pouvoir avoir accès à des armes. Au Bahrein ; révolution pour régime démocratique, qui sont aussi réprimées dans le sang. Arabie saoudite et Qatar où c'est un peu pareil, qui sont des alliés des USA, donc on n'en entend pas parler et personne ne veut intervenir.

     

    Mathias : Ne veut pas signer ce texte à cause du problème d'ingérence. Qui je suis pour soutenir tel régime plutôt que tel autre pour un peuple autre que le mien ? D'accord sur la solidarité internationale. Mais nous, que pouvons-nous faire ? Dénoncer le système médiatique. Les plus gros criminels sont quand même les USA, la France, la Grande Bretagne.

     

    Rida : Dit qu'en tant qu'arabisant, il a déjà des difficultés à comprendre ce qui se passe en Syrie, alors il n'imagine pas comment quelqu'un qui n'est pas arabe peut comprendre quoi que ce soit à la Syrie. On a besoin de temps de réflexion en dehors de l'AG pour digérer les textes soumis, qui sont longs et traitent de sujets complexes. Question de la non-violence (et des situations violentes subies à l'étranger). Mouvement inédit, on a du mal à caractériser ce genre de situation avec des informations aussi partielles. Considère qu'il n'est pas possible d'amender le texte en assemblée, car l'assemblée n'est pas un cadre propice pour amender le texte. 

     

    Sophie : tente de signaler par point technique qu'il y a déjà eu un groupe de travail

     

    Rida: ne laisse pas Sophie faire le point technique. 

     

    Cécile : Il faudra peut être un peu plus de temps pour se positionner. Remettre une couche de pacifisme dans le texte. Sans appeler les Syriens à prendre les armes.

     

    Christophe : 250 morts chaque jour, rien que ça suscite qu'on se positionne.

     

    Jean-Jacques: conteste ce retard pris dans l'adoption d'un texte alors que des gens meurent chaque jour. 

     

    Yann : Très content qu'on aborde ce sujet, très complexe, espère qu'on arrivera à faire avancer le débat là-dessus. Le texte est fait, mais les bloquages vont venir, c'est obligatoire, ne serait-ce que sur le pacifisme et que faire si on se fait tirer dessus.

     

    Alain : Sommes-nous pour l'autodétermination du peuple Kurde en Syrie ?

     

    Cécile : Relit le texte et on s'arrête sur les parties qui posent problème. Parmi les modifications effectuées : "révolutionnaires" transformé en "opposants". Mises au pluriel dans "nous dénonçons les stratégies de militarisations, ..." ajout de "incitation aux guerres de religions". Amélioration du texte en assemblée pour obtenir le plus de consensus possible, le reste sera finalisé en GdT.

     

    Sophie : est-ce que Rida viendra au GT ? 

     

    Rida: probablement pas si vous êtes aussi malaimables; 

     

    Sophie : Propose de voter un soutien aux syriens qui font la grève de la faim. Lit un texte pour lequel on peut éventuellement consensuer un soutien.

     

    Yann : l'attention de l'assemblée est insuffisante. La demande de passages sécurisés humanitaires dans le texte des Syriens pose question, est-ce que cela ne risque pas de cautionner une intervention militaire ?

     

    Mathias :  la demande de passages humanitaires sécurisé est ambiguë. Demande un consensus sur le fait de mettre en ligne l'info sur nos réseaux et sur le site à propos de ce texte sur la grève de la faim des Syriens (parce que pas de consensus sur le soutien au texte). La simple mise en ligne sur l'agenda des actions des grévistes de la faim fait consensus. 

     

    - Bilan des actions effectuées récemment :

     

    Quentin : Compte rendu de l'action de sensibilisation à la démocratie, mise en place conjointement avec RDM et les gentils virus d'Ile de France. En allant au contact des personnes dans la rue, l'action a reçu un très bon accueil

    Un doodle est ouvert pour le calendrier des nouvelles actions.

    http://framadate.org/uqff9okh5x3fo1xr

     

    Cécile : Attention à Étienne Chouard, il a eu des liens avec l'extrème droite.

    Quentin : Une mauvaise image d'Étienne Chouard circule chez certains Indignés, qui est biaisée ou peu représentative de la réalité.

    Marc : Rappels sur la rumeur qui a précédé la venue d' Étienne Chouard lors du passage par Paris des marcheurs venus d'Espagne.
    (
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Diabolisation).

     

    Sophie : Débriefing sur l'université d'été d'Attac. Un QCM humouristique sur les Indignés a été rédigé et diffusé pendant l'université, qu'on pourra réutiliser pour d'autres occasions. On a organisé des pique-niques des Indignés qui ont été réussis et se sont transformés en de véritables assemblées avec libre expression et témoignages d'Indignés d'un peu partout en France. 

     

    Eugenio signale un appel à manifestation vers l'assemblée en Espagne le 25 septembre.

    Il y a un évènement Facebook avec 40 000 participants. [lien]

    Un texte circule demandant la démission du gouvernement, un processus constituant et un audit de la dette publique (en cours de traduction). Que fait-on ici ? Informer ? devant l'ambassage d'Espagne ?

     

    Rida : Demande dans quelle mesure il pense que les Espagnols en France sont mobilisables pour faire ce rassemblement. Lors des précédents rassemblements aux ambassades, les policiers bloquaient les manifestants à la sortie des bouches de métro.

     

    Cécile: Non, on est déjà allé devant les ambassades, notamment celle d'Espagne, sans se faire bloquer. 

     

    Week end sur le fonctionnement du mouvement, bilan et réformes

     

    Mathias : Briefing sur l'évènement de bilan des 8 et 9 septembre à la Cité Universitaire. Participation écrite encouragée (chacun vient avec un petit texte, et peut lire le texte d'absents). Méthode de Édouard Bono "Les 6 chapeaux". Présentation de la méthode. Chaque couleur de chapeau représente une façon de penser. 6 étapes.

     

    Cécile : Problème de méthodologie : on va avoir du mal à remettre en question le fonctionnement au consensus si c'est fait avec la méthode du consensus.

     

    Marc : [cf  A. Camus]

     

    Quentin : Est-ce que le résultat de ce week-end sera acté comme si ça avait été consensué en assemblée ou c'est juste un w-end de réflexion ?

     

    Mathias : Oui ça sera acté et rentrera en application, et ce fonctionnement a été consensué en assemblée.

     

    Christophe : Idée du totem de la démocratie pour hiérarchiser les thèmes.

     

    Mathias : Il pense que la méthode des chapeaux, qui est une variante du consensu qui y ressemble, pourra permettre de décider de sortir du fonctionnement au consensus.

     

    Marc : Prochaine assemblée le 17 septembre à 15h aux Innocents. Consensus obtenu.

     

    - Tour de parole libre

     

    Sophie propose d'avoir une réflexion collective sur ce qui s'est passé au point sur la Syrie, qui a conduit une des personnes à s'énerver au point de quitter l'assemblée du fait des blocages sur le positionnement de solidarité. Elle n'est pas d'accord avec tous les arguments de la personne qui s'est énervée, mais comprend son énervement. 

    Elle considère qu'un des participants de l'assemblée a eu une attitude hautaine et méprisante pour le travail réalisé, exagérément bloquante (pinaillages), provocatrice vis-à-vis de la personne qui s'est énervée (sourires moqueurs quand la personne l'interpellait sur le nombre de morts en Syrie). 

     

    Elle rappelle qu'elle était d'accord dès le début sur l'idée de se donner plus de temps, si besoin. Ce qui l'a révoltée en l'occurence était une attitude. 

    De plus, ce comportement était machiste à son égard. La personne en question lui a fait le reproche de trop parler et de faire tout le temps des points techniques alors que c'était son premier point technique (pour signaler qu'un groupe de travail avait eu lieu). Elle s'était posée elle-même la question d'un comportement machiste, mais c'est le fait que son voisin (qui venait pour la première fois à l'assemblée) lui dise spontamément qu'il trouvait ce comportement machiste, qui la pousse à en parler à l'assemblée. 

     

    Elle rappelle enfin qu'elle est allée à un certain nombre d'AG cet été et a constaté de façon récurrente qu'un certain nombre de personnes viennent exclusivement aux AG sans s'investir dans les groupes de travail, et que ce sont ces même personnes qui traitent avec peu de considération le travail réalisé, et  éventuellement font des blocages. 

     

    Fin vers 20h15, le tour de parole est clos sans report.

  • Auteur

    marct
  • Sharethis

  • Vues

    Vues: 398