AG du 2 décembre 2012 DRM Paris

  • Titre

    AG du 2 décembre 2012 DRM Paris
  • Instance démocratique

    Assemblée Générale/Populaire
  • Corps

    Présent-e-s : François, Jacob, Louis-Marie, Gaston, Bamba, Marc, Sophie, Florent, Patricia, Christophe, Alain, Jérémy. 

    Tour de parole : Gaston ; Prise de notes : Sophie 

     

    Résumé des décisions :

    - ouvrir un pad pour réécrire le texte de présentation

    - financer une assurance civile de l’association de financement, afin de pouvoir avoir accès aux locaux des maisons des associations (dépense estimée à 90 euros par an).

     

    Notre Dame des Landes

     

    Un activiste engagé dans le mouvement de résistance à l’aéroport présente la situation, notamment la répression contre le mouvement à Nantes. Il informe l’assemblée de la coordination des collectifs locaux qui aura lieu le week end du 15 décembre à Notre-Dame-des-Landes, à l’appel de la ZAD, et propose que deux délégués soient mandatés par DRM Paris. 

     

    Il est répondu que DRM Paris soutient le collectif local de soutien à NDDL, et que ce collectif local semble le cadre le plus légitime pour mandater des délégués à la coordination nationale des 14-15 décembre. 

     

    Une manifestation est prévu à Lyon le 3 décembre contre le TAV, et le mouvement de NDDL s’est solidarisé avec cette manifestation. 

     

    Bilan du 1er décembre. 

     

    Points négatifs : 

     

    -          très peu de monde dans la manifestation (3000 personnes) au vu de l’explosion du chômage, et malgré l’appel de nombreux réseaux 

    -          la CGT a appelé à la dispersion de la manif sans faire mention de l’assemblée, on aurait du leur demander de l’annoncer au micro central (y repenser les prochaines fois),

    -          on aurait du proposer un appel unitaire spécifique pour l’assemblée, ainsi qu’une préparation unitaire, afin d’impliquer d’autres organisations 

    -          le message de DRM-Paris sur le chômage et la précarité n’était pas assez visible sur le tract, qui ne mentionnait pas le site – le texte de présentation sur le site n’est pas clair pour les personnes qui le consultent (suite à la manifestation)

    -          pendant la manifestation, on est restés cantonnés à un endroit du cortège, on aurait du privilégier une action comme le 14 novembre, permettant d’aller à la rencontre des militants, d’être visibles, de ne pas se laisser enfermer dans un cortège. 

     

    Points positifs : 

     

    -          on a revu dans la manifestation des personnes ayant participé au mouvement que l’on avait plus vus depuis longtemps 

    -          on a créé des liens avec d’autres organisations et réseaux impliqués contre le chômage et la précarité, et un réseau a été constitué qui pourra être remobilisé par la suite.  

    -          On a pu à cette occasion réaliser une série de diffusion de tracts et de collages d’affiches (on était mieux organisés qu’à d’autres occasions) ce qui a permis de ne pas rester « entre soi » et de diffuser un message auprès de gens ne faisant pas du tout partie du réseau

     

    Points faisant débat / ouvrant des perspectives : 

     

    -          on était à la fin de la manifestation alors qu’on avait beaucoup participé à la préparation…  mais est-ce que cela a une quelconque importance ? nous nous sommes naturellement mis avec les expulsés du 260 rue des Pyrénées 

    -          Pourquoi pas un tract unitaire commun à tous ? Il y a eu un tract unitaire mais qui était le résultat seulement du compromis entre les 4 grandes organisations, qui n’ont souhaité solliciter les autres organisations que dans une démarche de soutien. Il était donc légitime d’avoir notre propre contenu. D’une manière générale, il est souvent laborieux d’arriver à des compromis avec d’autres organisations et il y a légitimité à faire exister une différence

    -          Quelle articulation de la mobilisation avec la spécificité du mouvement : « ne pas faire du chiffre, mais du droit » 

    -          Quelle est notre position sur la flexisécurité, le temps partiel subi, etc. ? 

    -          La manifestation ne suffit pas, ce n’est ce qui permet de gagner une lutte, en même temps c’est important

     

    Décisions adoptées au consensus : ouvrir un pad pour réécrire le texte de présentation 

     

    Un doodle sera proposé pour fixer une date pour la prochaine réunion du groupe précarité, afin de discuter de ce que l’on fait suite au 1er décembre.  

     

    Logistique 

     

    Le bureau de l’association a été reconstitué suite au départ de Rayanne. Les membres du bureau sont désormais : Jean-Baptiste, Louis-Marie, Alain. 

     

    Il y a à peu près 100 euros sur le compte de l’association. 

     

    Plusieurs questions se posent : 

     

    -          Cotiser pour augmenter la réserve ? Cela ne fait pas consensus : pour certains les appels à cotisations doivent être liées à des projets de dépenses précis

    -          cotiser pour louer un local (environ 700 euros par mois) ? Il n’y a pas assez de personnes disposées dans l’assemblée à cotiser pour assurer un tel financement (mais on pourrait faire appel à d’autres personnes), et le fait de dépenser 700 euros par mois pour un local parait ne fait pas consensus car c’est une somme très élevée è solutions alternatives à explorer (squats, maisons des associations où il est aussi possible d’avoir accès à des photocopieuses…) 

    -          acheter un local pour un centre social autogéré ? L’achat serait moins perdant que la location, et le projet de centre social autogéré permettrait de créer des liens avec d’autres réseaux, et de mobiliser des dons d’organisations ayant des moyens è projet de long terme à explorer dans un deuxième temps, n’est pas une solution dans l’immédiat

    -          Organiser des fêtes, buffets (comme la  CNT) pour se financer ? Il n’est pas certain que nous soyons suffisamment organisés pour cela

    -          Privilégier les systèmes d’échanges locaux, des dons de temps plutôt que d’argent ? Certaines choses nécessitent de l’argent (papier etc.) 

     

    Décision adoptée au consensus : financer une assurance civile de l’association de financement, afin de pouvoir avoir accès aux locaux des maisons des associations (dépense estimée à 90 euros par an). 

     

    Afin de relancer la commission logistique, elle sera réunie le jeudi 6 décembre à 19h, à la cafétéria du musée Beaubourg. 

     

    Bilan du mouvement. 

     

    Le bilan a lieu tous les 6 mois, il faut anticiper de le préparer en janvier pour qu’il ait lieu en février. 

     

    Prochaine Assemblée 

     

    La prochaine assemblée aura lieu dimanche 16 décembre, à 15h, au « café caché » au 104 à Paris.

  • Auteur

    sophie_b
  • Sharethis

  • Vues

    Vues: 472