FSM Tunis - Atelier 1 - mumble (web)

  • Titre

    FSM Tunis - Atelier 1 - mumble (web)
  • Instance démocratique

    Groupes - Campement
  • Corps

    Dans le cadre du FSM, une série de 3 ateliers  impliquant notamment des acteurs de mouvements émergents se déroule à  Tunis les 27, 28 et 29 mars (de 16h à  18H30 le 27, de 13H à 15H30 les 28 et 29). Il s'agira d'apporter son  retour d'expérience en vue de créer des convergences d'action pour le  futur.

     
    COMPTE RENDU de l'ATELIER 1
    27 mars 2013 à 16h - Tunis + divers lieux simultanés par mumble
     
    Contacts des gens présents :
    François  (Montréal)   francois.genest@gmail.com 
    Scott - iX Factor (Clermont-Ferrand fr) ixfactor@occupyclermont.org
    Daniel     (Brest fr)  via22websitetech@gmail.com
    Citoyens du monde (Paris 13) : registre@citoyendumonde.fr
    • Registre des Citoyens du Monde & Collectif Citoyendumonde.org (Stan / Thierry)
    Frédéric (Lyon-Villeurbanne) : chateau-dans-le-ciel@riseup.net Université populaire autogérée "Ô château dans le Ciel !";
     
    ORDRE DU JOUR :
    1 Partage des expériences/ Sharing our experiences
    2 Réseautage et convergence / Networking and convergence
    Intermède du à la connexion (enfin) réussie avec Tunis
    3 Perspectives pour la suite / Views on the future
     
     
    **** 1
     
    Frédéric, université populaire autogérée de Villeurbanne, "Ô château dans le Ciel !" depuis 2 février partage des connaissances, assemblées populaires chaque semaine, autogestion, génère enthousiasme, on s'astreint à ne pas faire de division entre culture, art et politique. Nous favorisons l'échange de savoir et de savoir-faire. Nous créons une communauté de convergence de lutte mais de récréation de lien au sein de la société. Notre site internet pour en savoir plus : www.lyon-alternatif.fr.
     
    Mulhouse, maison de la citoyenneté mondiale de mulhouse, fondateur, existe depuis une dizaine d'années, regroupement d'associations qui ont comme objectif de lutter contre les discrimications, très nombreux, aide aux chomeurs, alphabétisation, lieu avec échange gratuit de biens, Mulhouse est une Vlle en Transition, en lieu avec initiatives au Sénégal, Maroc, .... initiatives locales  : tourisme solidaire, maréchage, instructions des femmes, coopération avec villes en transition, etc
     
    Daniel, sur Brest, beaucoup sur Internet, plus souvent en contact avec Montréal, Paris. Brest est une ville refaite après guerre, neuve, embourgeoisée, cherche à attirer les gens avec un travail de classe moyenne, cache les difficultés, par le mouvement des Indignés, luttes pour les sans logements, les migrants, féministes, de tous petits groupes qui ne se rencontrent pas souvent mais qui ont lieu commun (au CLAJ) ce qui fait que les lutte finissent par converger, va dans les organisations avec des subventions mais bof...
    Une expérience d'AMAP qui fait se rencontrer une centaine de personnes autour de l'agriculture autogérée en circuit court.
     
    François,Richard à Montréal :
    Occupations de quarter l'été dernier, liens qui rassemblent les quartiers , soupes populaires (la cuisine du peuple ) le soir à Victoria, tribune sandwitch devant les Macdo ...
    projections & débat, projections en extérieur, marchés gratuits, 
    beaucoup de luttes en parallèle, mouvement écologiste, anti-fracking
    IDLE NO MORE marche 1600 km campent devant le parlement du Canada. 
    rapprochements entre collectifs horizontaux et groupes hiérarchiques plus classiques demande au gouvernement contre les répressions envers les étudiants
    rencontres régulières pour occupons Montréal, idle no more, et le mouvement étudiant 
     
    xfactor à Clermont
    Très attaché à l'horizontalité et réussite de ce phénomène dans notre dynamique locale... On fait nos assemblée et des actions "softs", petites actions qui sussitent l'interet des passants... Convergences d'alternatives réunions mensuel... ça nous à permis de drainer des rêves de divers collectifs sans prise de pouvoir ; cela tire tout le monde vers le haut dans un melting pot et la prise de conscience des injustices au local et global.
    Domaines d'action à Clermont :
    • assemblées populaires sur la place publique
    • actions pédagogiques contre la dette, pour le tri des déchets, pour le revenu de base, etc
    • collectes et maraudes pour aider directement les sans abris et projets "ville-montagne"
    • participation à la création d'une monnaie locale complémentaire avec UCJS, Attac et Fokus21
    • partage des savoirs et aides aux alternatives sans étiquette
    • rencontres régulières sur le thème de la convergence
     
    Paris : ici le mouvement vivote malgré peu de monde et quelques tensions inhérentes au groupe et aux individus.
    Sur les réussites politiques : Nico apprécie la critique plus ou moins bien appliquée en interne sur la démocratie, le pouvoir et l'intelligence (dépend des gens évidemment) ; Marci retient la réappropriation des places publiqus qui ont été menées tant bien que mal ; Olivier souligne le gros travail synthétique du groupe écologie ; Stan apprécie la revivification du local des Citoyens du Monde et des groupes de travail.
    Sur les actions menées : Olivier retient le global noise et la grève général du 14N ; Stan valorise l'initiative Stop Paying ; Marc revient sur la Défense et La Fontaine des Innocents ; Nico rappelle l'accueil des marchas espagnols et le 15O de septembre/octobre 2011.
    Sur les obstacles : on retient la dispersion orchestrée sur le médias qui met en avant des éléments divisants (ex: mariage pour tous) en occultant les problèmes de fond (ex : Notre Dame des Landes) ; il y a aussi la repression politique et donc policière (kettling, gazage, blocage de lieu, etc) ; il y a enfin les attentes et frustration individuelles qui peuvent se résoudre (mais difficilement la plupart du temps) dans un équilibre collectif/individu.
    Sur les rêves : Olivier attend plus de suivi entre le virtuel (ex : nombreux like facebook) et la réalité du terrain où on est souvent très peu ; Stan souhaite le succès de tentatives comme Stop Paying ;  Marc appelle à l'autonomie et l'écriture de la loi du peuple par le peuple ; Nico espère qu'on trouvera un équilibre entre efficacité/coordination et autonomie/créativité.
     
     
    ***** 2
     
    Danica : espère un changement du système pour contrer le capitalisme.
     
    Fred : il faut éviter les oppositions pures et rester créatif, ce qui suscite l'enthousiasme collectif inhérent à toute co-création et par là même renforce notre énergie au lieu de l'épuiser. Bref, il faut s'assurer son autonomie organisationnelle aussi humble soit-elle avant de vouloir crôitre sans cohérence car les énérgies risque ensuite d'être gaspillées. Faire de la mise en réseau des compétences et amener les gens non politisés dans la militance. Créer des moyens de défense comme la convergence autour de NDDL ou le camp autogéré "Decines ta résistance" près de Lyon. Garder un cadre libertaire avec une mémoire collective.
     
    Scott : il cite les principes d'une action à Villeurbanne et une phrase de Bakounine "La liberté des autres étend la mienne à l'infini". Il dit qu'à Clermont une dizaine de volontaires arrive à maintenir une coordination locale et nationale. Il y a des cafés lecture, des ruches pour les colibris, les décroissants, les indigné-e-e-s vers une mise en commun des ressources pour faire collectivement des choses impossibles seul (monnaie local, et autres actions avec Attac ou Audit Citoyen). On fait aussi une forte liaison Lyon/Clermont, bref du soutien local/logistique et un partage des savoir-faire avec des retours constructifs. Sur Clermont nous sommes une cinquantaine de membres répertoriés dont une bonne trentaine participe aux grandes actions. Le noyau dur compte un plus plus de 10 personnes. Le groupe est constitué de telle façon où toutes les générations sont réprésentées. Nous avons aussi une bonne parité homme/femme. Cette "configuration" nous aide à prendre nos décisions en tenant compte de l'expérience des anciens et l'energie des jeunes. Le groupe continue à grandir de semaine en semaine.
    Côté "réseautage" nous nous éfforçons de rester en contact avec les autres assemblées et de participer activement à la coodrdination nationale. Nous participons aux actions nationales lorsque ça nous est possible et faisons un travail de fond sur le plan local pour gagner le respect et la confiance des autres mouvements, collectifs et associations. Notre recette est simple : nous procédons par simple "infiltration". En clair, nous participons activement aux actions des autres, leur prêtant main fort, mais aussi en leur faisant bénéficier de notre réseau de contacts. Nos réunions mensuelles de "convergences" est devenu un rendez-vous incontournable pour ceux qui veulent être dans l'action et de concretiser rapidement des choses qui peuvent être accomplies à très court terme (ie, d'un mois à l'autre). Grace à cette méthode, nous avons élargi notre champ de contacts à tout le payage militant de la région. 
    La notion de convergence doit être menée avec beaucoup de précaution car il ne faut pas qu'un mouvement ou un individu ait l'impression de se faire imposer quoique ce soit. Il est très important d'opérer dans le partage désintéressé.
    Il y a 25 ans a commencé une convergence autour de l'asso CLAJ d'éducation populaire, plus d'une centaine de groupe se réunissaient alors à la façon des indigné-e-s.
    Pendant 10 ans on a eut un festival rock "enrageons nous" qui a fédéré beaucoup de luttes en permettant les échanges entre "tribus".
    De nombreuses mail listes concernant chacune une affaire en particulier:
    • écologie et nutrition autour d'une AMAP d'une centaine de personnes.
    • Sans logement Sans papiers et migrants demandeurs d'asiles, un noyau d'une 12aine de personnes très actives. Quand il y a un appel pour un rassemblement beaucoup de gens peuvent venir, mais pour des réunions style assemblées ça ne démarre pas.
    • Chômeurs/précaires, les assos traditionnelles ont disparues (AC, MNCP...) du moins sous leur forme officielle, on va dire que c'est dormant.
    • En soutien des migrants est apparu un groupe de gens autour de l’Église, car nous squattions un bien qui lui appartient. La fusion entre les mondes laïque et religieux n'a pas été possible. Là c'est plutôt un manque de convergence. Me suis retrouvé à faire la diplomatie entre les groupes !
    Les gens de ces listes se retrouvent dans la liste du CLAJ, quand il faut ils s'aident.
    L'enjeu pour 2013 à Clermont est de renforcer la coésion du groupe et ne pas imploser (c'est un danger réel car nous sommes tous au taquet et sommes souvent victimes d'épuisement). Notre objectif est d'entâmer la transition directement en s'organisant avec les autres mouvement de notre région. Création d'un site "générique" et sans étiquette http://alternatives-locales.org, renforcement des actions du collectif anti-incinérateur, du comité de soutien NDDL, etc, etc
     
    Mulhouse : ici on tente de faire converger les choses dans un monde globalisé où la financiste qui squatte toutes les instances décisionnelles ; il faut une contre-offensive. On a le site mcm-web.org pour le local et les liens plus lointains. Il faut mener la bataille informationnelle pour ne pas lutter dans son coin alors qu'on est des millions. Il faut se mettre en lien et se rendre visibles des gens qui n'écoutent que les médias acquis au capitalisme. On cherche aussi à rationnaliser et coordonner des groupes isolés ou qui font la même chose isolément.
     
    Daniel : ici on a longtemps eu diverses activités fédératrices (festivals etc) ; il en reste des choses isolées et des actions comme AMAP/fermes. Cela ne redémarre pas trop depuis 1 an mais c'est dormant, les gens sont là. Exemple lors du squatt d'une église j'ai fait l'ambassadeur entre les laïcs et les croyants qui avaient du mal à communiquer.
     
    Montréal : liens avec les autochtones, les étudiants (Idle No More, jeune de Spence, marche jusqu'au parlement, demande d'enquête sur la répression) étudiants chiliens qui sont venus en janvier 2012 partager leurs expériences. C'est très mobilisateur. J'abonde dans le sens de Daniel sur la coordination et le besoin de maintenir un réseau international.
     
    **** Intermède : on arrive à se connecter avec Tunis et on pratique donc des questions/réponses
     
    Tunis (Fred) demande : doit on créer une centrale syndicale au niveau international
    Paris (nico) répond : on peut préférer un système fédéraliste rassemblement sans centralité des groupes autonomes locaux. Marc ajoute le besoin d'écrire nos lois nous mêmes (il évoque quelques principes d'égalité et de mandat sans représentants exprimés dans le mouvement à Paris).
     
    Tunis (Omar) demande : comment faire connaître le FSM et rendre plus transparent le fonctionnement ? Comment orienter les intelligences et le monde universitaire vers les luttes de la base ?
    Mulhouse : on doit revenir à la base du droit comme Marc l'a rappellé ; il y a aussi 3 idées-force à mettre en avant : déclaration universelle des droits de l'homme, populariser le FSM et faire la jonction intellectuel/peuple.
    Paris : Nico rappelle l'impossibilité de neutralité "axiologique" des universitaires ET la nécessité de convergence militante au niveau international appellées il y a déjà 15 ans par des gens comme Bourdieu. On peut déjà commencer en suscitant l'esprit critique, les alternatives concrètes et collectives, des infos claires qui tranchent d'avec le confusionnisme et le conspirationnisme qui sont des alliés objectif du système en place derrière des apparences faussement dissidentes.
     
     
    **** 3
     
    Scott : il faut continuer les bilans retrospectifs, améliorer le relationnel entre les gens car on ne changera pas le monde seuls. Il faut trouver notre place et éviter l'épuisement, optimiser le flux et le reflux potentiels.
     
    Montréal : on vit les mêmes soucis ici avec des égos et des mésententes. Donc il faut soutenir des initiatives comme le FMS, présentemment. Conserver et aider les volontés de se rejoindre et d'apprendre les un(e)s des autres. Peu importe le noms des collectifs, on défend les énergies locales (dans l'écoute des communautés autochtones) en soignant la conservation du réseau. Exemple : journée de la terre le 21 avril prochain.
     
    PARIS (Local Registre Citoyens du monde) - Thierry résume les avis divers :
    Marc : "On a tourné depusi des années (syndicalisme/actions/collectifs) et on revient au départ"
    On a loupé quelque chose. Est ce de la dissispation ? ça éssoufle les forces engagées.
    Ne faut-il pas principalement que chaque individu établisse ses lois de manière gratuite et élargisse des les valeurs communes. Ça amène à un processus Démocratique !
    Nico :  Je m'investi dans la communication de toutes les actions alternatives, toutes celles qui permettent une pensée alternative, cela permet de les faire exister et de réaliser des expérimentations. On réalise alors des mise en réseau pour créer une 'vie alternative' qui reste décrochée des modèles existants.
    Olivier : Le terme 'Envisager ensemble' : N'est ce pas là le problème car les outils internet permettent de réaliser beaucoup d'action, mais est ce qu'elles ne tuent pas les actions réelles ? Le virtuel est-ce Ensemble ? Une reflexion ouverte et complète sur ce passage du virtuel au réel car il est evident qu'on voit entre les deux une forte baisse des personnes impliquées.
    Stan : Il faut réaliser des actions locales et les répertorier pour les mettre en réseau.
    Dans cet esprit, le Registre des Citoyens du Monde (recim.org - citoyensdumonde.fr) développe un centre de communication. Le Collectif 'Citoyendumonde.org' a ainsi été créé et a réaliser la mise en ligne de l'action Stop-Paying.org (Site, Forums, Pétition, Réseaux sociaux), L'assemblée des Citoyens du Monde est en cours de réalisation par le collectif (130 associations) pour ainsi fournir les outils et réaliser un réseau de confiance basés sur des outils libre et sécurisés. Le collectif 'Citoyendumonde.org' travaille sur l'univers numérique pour faciliter la libre circulation des informations, assurer la neutralité du net et certifier les informations pour établir un réseau vaste autour duquel chaque citoyen peux adhérer et y retrouver ses valeurs.
     
    Fred : il ne faut pas gaspiller les énergies collectives, marcher par consensus et l'initiative suivie ou pas sur le volontariat. Faire des Zones Autonomes comme les squatts qui se transfèrent ensuite ailleurs, sont des expériences reproductibles. On assure de la création collective, appropriable par chacun(e) pour ne pas entrer dans ce que dénonce le situationnisme dans la Société du Spectable (être uni dans un isolement commun). Il faut ainsi une exigence sociolique résumable dans : "bienvenue aux punks et aux mamies". On obtient ainsi des actions concrètes, visibles qui ont des effets concrets, et qu'on met en réseau comme dans la fédération des universités populaires.
     
    ****** Fin
     
    On finit la réunion en s'échangeant les contacts et en finalisant ce compte-rendu.
    Rendez le lendemain à 13 heures pour le second atelier.
  • Auteur

    beatnic
  • Sharethis

  • Vues

    Vues: 1 103