Débats programme en Assemblée au Cannibale le 5 janvier 2014

  • Titre

    Débats programme en Assemblée au Cannibale le 5 janvier 2014
  • Instance démocratique

    Assemblée Générale/Populaire
  • Corps

     

    (le PAD du texte qui suit)

    https://quadpad.lqdn.fr/0N6FXElqgS

     

     Discussions "programme"  le 5 janvier 2014 au Cannibale
                   Notes prises par Sophie, Clo et corrigées par François et ... à vous maintenant qui avez participé à la réunion :  Clo, Alain, Hasna, Jacob, Martine              
     
    •  présentations  générales
    • Jacob : faire une proposition où le bien commun  est le centre de tout (ex pris du chômage : embaucher au salaire  médian, mais secteur public donc pas système marchand)
     
    Clo : produire en fonction des besoins seulement parce que là, précédemment, l'emploi est au centre tout, et revient à croissance capitaliste.
     
    Jacob : non croissance réelle
        autre exemple : le nom/ RDM = chambarder et faire un système réellement représentatif des intérêts des gens. mais pas mis là.
     
    Olivier : le texte écologie a été fait par le gt (~ 10 personnes) synthèse rapide en accord avec ce qui se passe actuellement. Agro-écologie, gratiféria, décroissance, etc.
     
    Généraliser l'agro-écologie, le plus important pour sortir du système imposé, idem élevage, diversité des semences.
     
    Clo : tout mis sous bannière décroissance. Impression, que // Jacob, l'économie va déterminer si on est en démocratie et non l'inverse.
    Tant que capitalisme : pas de démocratie. Là, on ne peut pas. Production selon Jacob = pas convaincante.
    Lois à dispo des multinationales; Décroissance = lutte de base contre multinationales. Collectif unitaire de lutte contre les multinationales avec les engraineurs, en cours. Pour groupements apartidaires et sans tête de file. (rq : transition pour refaire tout ce que capitalisme a détruit : mini 30 ans). Revenu universel de base. Vision mondiale et garder liens avec tous les réseaux et mouvements étrangers. rétablir tout ce qui est détruit ailleurs. Nord-Sud. On soulève le monde quand on veut, il faut le vouloir. Tous les exemples;
     
    François : remarque : impression de retrouver les Verts en 1986. Mais il faut tenir compte de l'état des rapports de force politiques défavorables pour comprendre ce qu'ils n'ont pu mettre en oeuvre. Pas vrai qu'ils n'ont rien fait. Faut que vous sachiez que vous n'êtes pas le centre du monde. Vous vous prenez pour les rénovateurs du monde. Or  je retrouve toutes les discussions eues chez les Verts, mais ça ne suffit pas. Pas de nouveauté. Aller plus loin.
     
    Martine : ne fais pas ton leader. dis ce que tu proposes
     
    François : remarque sur la logique de la production pour l'emploi. Dans la logique de prod et emploi, tenir compte que surproduction partout depuis années 80. Réemployer par processus étatique : n'arrange pas. Mais propose plutôt de réduire et partager le temps de travail. Garder le pouvoir d'achat a pour conséquence de réduire les marges. Donc c'est toutes les chaînes de formation des prix qu'il faut revoir et voir qui s'en met plein les poches.
    Enfin, sur  produire de l'argent pour payer un salaire : se pose la question de l'abolition du salariat, lequel oblige à produire indéfiniment. Donc à quel moment on arrête, car ressources sont limitées. Donc le salariat ne justifie pas tout. Une de ses fonctions est nuisible et prédatrice. Systèmes alternatifs : monnaies locales. Et même, dans la phase de transformation : abolition de la monnaie avec une économie sans profit monétaire. La chose que les écolos n'ont pas envisagée et qu'on peut leur reprocher c'est la sortie du système.
     
    Tours de parole, discussion.
     
    Martine : rien écrit mais là pour contribution. Un salaire de 1600 euros pour chômeurs revenu de base. Où est le smic ? 1250 euros bruts par mois. Comment faire alors pour les chômeurs et précaires ?
     
    Jacob : embauche des chômeurs au salaire médian. Sur la surproduction.
    Pas besoin de produire en nombre illimité puisque nombre limité d'être humains. Et ressources limitées : donc recyclage. Les marchandises produites par le secteur public ne seront pas vendues mais prix fixés par décision politique. Ce sont les gens qui décideront.
     
    François. Ne fonctionne pas. Il y a aussi un problème de proportions entre les moteurs électriques nécessaires et le cuivre disponible. Les matières premières pour la production seront payées par quoi ? par le déficit de l'Etat ?
     
    Jacob : celles à importer : par le troc.
     
    Alain : Tribunal international des peuples de Bertrand Russel (??). La Décroissance est pour les personnes et les pays riches. Ailleurs, envie de gaspiller comme nous.
     
    Clo :  puis Chine, Inde, Roumanie etc. Faire du bio là-bas n'est pas compris. La vision est forcément mondiale pour que ce ne soit pas une affaire de riches. Réfléchir, recréer autrement. Puis faire la coopérative, la zad, etc, pour refaire localement.
     
    Alain : problème, répartition du travail et répartition du profit (travail = fait, travaille comme des bêtes) (?? ... )
     
    Clo : soit on change de système, et alors pas ces problèmes qui sont inter-capitalistes
     
    Alain : Et le bit-coin ? Et démocratie = attention à tous (??)
     
    Sophie expose le bit-coin : comme dit Clo, dans un système capitaliste, tout sera détourné et financiarisé, spéculé pour le profit. Il faut en changer. Si introduire quoi que ce soit dans ce système, ce sera détourné.
     
    Jacob : par ce que les chinois ont acheté en masse.
     
    Sophie : changer de système.
     
    François : économie sans monnaie.
     
    Clo : bien commun. A penser autrement. Biens communs = droit fondamentaux, recyclage, revenu de base + tout dit par Olivier. Problème chômage + par François, mais produire en fonction des besoins.
     
    Jacob : revient à production  capitaliste
     
    Olivier : ce qui bloque tout, c'est le capitalisme qui a fait en sorte que tout devienne spéculable. Matières premières, guerres (Sophie : y compris lui-même).
     
    Sophie : emploi/productivisme
     
    François : idée de  revenu pour tous (revenu d'existence), y compris les cadres. Les surplus dans une fourchette à 4x dans l'échelle des salaires. Echelle gardée car on raisonne encore dans l'idée du système de l'argent avec question de la motivation. Sur système de la monnaie elle-même (pas les banques centrales) : on accumule la monnaie et le pouvoir en même temps. Mais au-delà du capitalisme, c'est la nature humaine : par un taux d'emprunt on met en place les possibilités d'accumulation, le pouvoir par le savoir, par la peur, en jouant les intermédiaires.
    L'homme devient alors au service de l'économie et non l'inverse comme cela devrait être, l'économie au service de l'homme, c'est le début de l'inversion. On ne peut sortir du système en gardant la monnaie. Donc suppression des banques (qui de plus peuvent créer de l'argent, ce qui primitivement se restreignait  à un taux d'emprunt) : Idée : remplacer l'argent par des codes barres qui donnent l'état des stocks et la gestion des stocks. Alors juste  le nécessaire et l'utile subsiste et on ne gère plus l'argent.
    Risque : ne plus avoir envie de travailler. Produire pour le bar, par exemple, boire une bière ?  mais permet de déstructurer le système et son rythme imposé. Permettrait de Sortir de la monnaie et de la capitalisation de la monnaie.
     
    Alain : éloge de la lenteur ?
     
    François : Un des signes de la décroissance est l'escargot 
     
    Olivier : monnaie comme échange uniquement et non spéculation
     
    François : état des lieux avec des biens, codifiés pour voir le stock disponible. Jean-Paul Lambert : tu n'échanges rien, tu prends ce qu'il y a .  Mais les biens disparaissent : et quand quelqu'un cherche quelque chose qu'il ne trouve pas il va se mettre à le produire avec d'autres. Tout le monde va produire des biens avec d'autres. Ça ne marche pas dans un système qui veut rouler dans la même mécanique et le même rythme à reproduire que maintenant car ce système freine la production.
     
    Sophie redit pour Hasna et pari (??)  mais oublie la compétence et l'organisation.
     
    Jacob : et exploration de l'espace, de la conscience, la science etc. tout ça : ce n'est pas profitable pour le capitalisme. Et ne pas attendre qu'il n'y ait plus de café … mais prévoir = planifier la production.
     
    Hasna : l'idée existe, partie du Canada : idée des services locaux, les SEL par exemple.
     
    Alain : Jacob a dit que la révolution française a fait des changements. Non, la révolution industrielle n'a rien à voir.
     
    Jacob : Si, la caste précédente n'avait aucun intérêt à développer les processus de production.
     
    Olivier : organisation des moyens de production et non de spéculation. On aura toujours besoin d'organiser les moyens de prod. Ne pas être contre l'industrie.
    Organisation-production doit être pensé.
     
    Alain : ne pas confondre capitalisme et société de consommation actuelle. (Voudrait provoquer avec Paul Lafargue)
     
    Jacob  et Clo  : c'est la même chose
     
    Clo : pas imaginé décroissance jusqu'au bout (François, met les liens sur le pad, c'est dommage)
     
    François : l'inviter (Lambert) ?
     
    Clo : et voir organisation dans les monastères : travailler sur  ce qui plait et porte. Le travail est interchangeable dans une communauté. Rythme beaucoup plus lent.
     
    Jacob : chirurgien ? comment on fait ?
     
    Clo : non, si plus de café, chicorhée ! production des moyens matériels.
     
    Fançois : prbl de conserver les moyens de production existants. La structure des transports, des usines, la prévoyance contre la planification. Mal avec la planification qui n'était pas démocratique. Mais voir les limites qui rendent les choses souples pour une transition. Envisager un système de relations entre gens qui permette d'assouplir et déstructurer. Pour un changement politique et économique : pas inter-changer les gens et les idées mais d é s t r u c t u r e r
    Souple ou brutale la transformation? Brutale = guerre. Souple : choix avec moins de risque de guerre. Trouver une mécanique pour déstructurer le système. Le long terme est nécessaire à la paix. Mais il faut déstructurer car tout est imbriqué.
     
    Martine : dans une telle société de consommation : aller en douceur, bien, mais très difficile. J'habite à… hyper à côté : une journée de jour férié : bondé. Impression effrayante. Fait peur. 
     
    Hasna : il faut des alternatives. On ne peut pas sortir complètement du système. Il faut faire des essais.
     
    Alain : demander de relire Paul Lafarge (éloge de la paresse)
     
    Sophie : déstructurer et en douceur mais n'y croit pas (aux deux ??). Intervention de Lambert : ok.
     
    Clo : sacs aspirateurs 100.000 modèles et vendu le mauvais. Les pauvres qui se font avoir par le système de consommation. Les gens qui sont là-dedans sont ceux qui souffrent le plus. Les premières victimes.
    Mais vu en tractant que mère de familles reviennent de tout ça. A Barbès, jardin partagé, blanc-blanc les autres n'osent pas rentrer.
    On ne propose rien aux non blancs-blancs-bobo ou intellos. Nous, montrer l'exemple, parler avec tout le population.
    Le tertiaire : pas la peine mais dans les banlieues, les quartiers : on touche les gens qui ont besoin.
     
    François : propose en intro un tract écrit sur les Quais St Bernard : lu : OK .
    et faudrait aborder les autres Chapitres, dont la démocratie. 
     
    Clo, Olivier : On a fait le plus difficile, l'ECONOMIE. Le reste après.
     
    François : Lambert OK dans les 2  premières semaines de Mars.
     
    Notes mises à la fin du pad
    plus mots clés de Clo
     
    •                 ECONOMIE 
    •                 Mot                 clef retenus (pour aider)
    •                 Bien                 commun / Droits fondamentaux
    •                 Revenu                 de base / Revenu minimum
    •                 Salaire                 médian       
    •                 Recyclage                 / contre le gaspillage
    •                 Produire                 selon les besoins 
    •                 Travailler                 pour les biens communs
    •                 Anticapitalisme                 / Anti système de l'argent
    •                 Lutte   contre les multinationales
    •                 Lutte  contre l'écocide
    •                 Sortir du capitalisme       
    •                 Sortir de la monnaie
    •                 Destructuration
     
     
    C'est ça,  ou alors .... ça
     
     
     
  • Auteur

    francois
  • Sharethis

  • Vues

    Vues: 909