Assemblée Générale du 20 avril 2014

  • Titre

    Assemblée Générale du 20 avril 2014
  • Corps

    Ordre du jour

    1° compte rendu des actions en cours

    2° Analyse RDM

    La Santé

     

    1° Poursuite de la distribution du tract chômage

    Nous étions présent au défilé du 12 avril

    Banderole ; nos rêves n'entrent pas dans les urnes

    Distribution de tracts.

     

    2° Nos remarques

    François REBSAMEN Ministre du travail, de l'emploi, et du dialogue social :

    Je mets mes pas dans les pas de Michel Sapin... Aucun programme

    Ségolène ROYAL : remise à plat de l'écotaxe (polueur : payeur ? )

    Arnaud MONTEBOURG N'a aucune notion d'économie... c'est pour nous une calamité.

    Benoist AMONT Rythmes scolaires et boniments

    etc...

    Gouvernement Incohérent ! Nous y reviendront ultérieurement

     

    3° Santé

    Economies prônées par le gouvernement Valls:

    Le gouvernement compte beaucoup sur la chirurgie ambulatoire, tout comme le recours plus systématique encore des médicaments génériques... Cela fait plusieurs années que les plans d'économies se succèdent: 2,6 milliards d'euros en 2014 ; 2 milliards en 2013 ; 2,3 milliards en 2012 ; 2 milliards en 2011… Cela nous conduit directement vers une augmentation du chômage...

    Médecine rurale: La réduction entre 1983 et 1993 puis le gel du nombre d'étudiants en médecine confronté à une demande accrue de soins exprimés par la population nous conduisent à la situation actuelle.

     

    Le résultat des travaux réalisés par des missions régionales de santé :

    2,3 millions de citoyens vivent dans 643 zones identifiées comme étant en difficulté ou fragile en terme de présence médicale.

     

    En Allemagne le numérus clausus est fixé à un taux supérieur aux besoins, ce qui a permis une amélioration des soins et une présence dans les régions.

     

    En un demi siècle, l'espérance moyenne de vie s'est accrue de plus de 15 ans ce qui signifie un bilan positif, mais un vieillissement inéluctable de la population et un meilleur et plus grand besoin de vigilance.

    Les conséquence de cet évolution ont été ignorées.

     

    Face à l'évolution naturelle de la population, la réponse politique au niveau du ministère de la santé, de contingenter le nombre d'étudiants en médecine en édictant un “nombre fermé“ qui n'existe dans aucune autre discipline dans les universités françaises, est abérran

    Dans nos campagne les postes de médecins partant à la retraite ne sont pas remplacés. Les médecins préfèrent les villes plus rentables et moins contraignantes.

    L'accès géographique aux soins et les dépassements d'honoraires (qui ont doublé en 20 ans) sont étroitement liés et viennent affaiblir l'égalité des soins devant le système de santé.

  • Auteur

    louismarie
  • Sharethis

  • Vues

    Vues: 1 980