Organisation des assemblées

  • Titre

    Organisation des assemblées
  • Instance démocratique

    Assemblée Générale/Populaire
  • Corps

    Proposition de texte de présentation par le modérateur en début d’AG (JB, le 3/7/2011)

    Cette assemblée est ouverte à tous.

    Nous sommes indignés ou révoltés par des choses diverses, mais qui ont toutes un point commun : elles proviennent du fait que nous ne vivons pas dans une réelle démocratie ; le pouvoir du peuple est confisqué par une oligarchie politique, économique et financière qui prend les grandes décisions en notre nom, alors que c’est l’ensemble du peuple qui devrait les prendre.

    C’est pourquoi notre mouvement s’appelle « Démocratie réelle maintenant » : nous voulons montrer qu’il est possible de décider ensemble de façon réellement démocratique, c’est-à-dire en écoutant et en respectant le point de vue de chacun, et en garantissant que tous participent à titre égal aux décisions prises.

    Pour cela, nous nous sommes fixés certaines règles de fonctionnement pour nos assemblées, et nous vous invitons à les adopter. Ces règles ne sont pas inscrites dans le marbre ; si vous pensez qu’elles méritent d’être modifiées, nous vous proposons de venir en discuter en commissions, qui sont des espaces de réflexion et de travail sur chaque domaine particulier.

    1) Le fonctionnement de la tribune

    La tribune est chargée d’organiser le déroulement de l’AG. Ceux qui la composent ne sont pas là pour défendre leurs idées, mais pour permettre à chacun de s’exprimer et aux décisions collectives d’être prises de façon démocratique. Ils respectent donc une stricte neutralité sur les débats.

    La tribune se compose de :

    • 1 (ou plusieurs) responsable des tours de parole. C’est à lui/elle qu’il faut vous adresser pour intervenir dans les débats.

    • 1 (ou plusieurs) responsable du compte-rendu de l’AG, qui sera publié sur notre site web http://paris.reelledemocratie.net.

    • 1 (ou plusieurs) modérateur, dont le rôle est d’aider au bon déroulement des débats, de modérer de façon positive les possibles divergences sans pour autant prendre parti, et de favoriser l’émergence de propositions de consensus.

    • 1 (ou plusieurs) facilitateur, qui assiste le modérateur, lui signale d’éventuels oublis, lui propose des solutions de consensus suivant l'ordre du jour et les tours de paroles.

    2) L’assemblée

    L’ensemble de l’assemblée travaille dans un esprit constructif, orienté vers la recherche de solutions communes.
    Pour cela, chacun doit éviter les manifestations de violence, d’agressivité ou de mépris vis-à-vis des intervenants, afin que tous puissent exprimer sincèrement leur pensée sans crainte de réactions hostiles.
    Nous vous demandons également de ne pas consommer d’alcool ou de stupéfiants durant les AG, car quelqu’un qui a trop bu ou trop fumé n’arrive pas à écouter les autres et à participer à la prise de décision.

     

    Pour que tout le monde puisse être écouté, nous évitons de manifester bruyamment notre accord ou notre désaccord avec la personne qui intervient. A la place, nous utilisons des gestes :

    La prise de parole se fait donc chacun(e) à son tour en se signalant auprès de la ou les personnes qui les relèvent et signalent la personne suivante vers la tribune ; quelqu'un peut être chargé de minuter (3 minutes en général) lorsque l'assemblée est nombreuse, l'ordre du jour chargé et le temps limité (des assemblées de plus de 3 ou 4 heures sont ingérables et stressantes). Le point technique permet de demander à prendre la parole immédiatement mais se doit d'être court et uniquement informatif sur le sujet en cours (exemple : date, heure, etc) ; il ne doit pas devenir l'occasion de donner un point de vue personnel en grugeant le tour de parole des inscrit(e)s.

    Lorsqu’une proposition est soumise et qu'un ou plusieurs participants s’opposent, un débat a lieu pour écouter ces différents points de vue et entendre leurs contre-propositions (obligatoires !), pour permettre que chacun s’explique et chercher si possible une reformulation consensusuable sans blocage arbitraire. Si, après un certain nombre d’interventions et de reformulations, la proposition n’obtient pas le consensus, cela montre qu’elle doit être retravaillée, par exemple dans la commission ou le groupe de travail traitant du thème concerné.

  • Auteur

    cecilestra
  • Sharethis

  • Vues

    Vues: 2 425